La santé et la sécurité au travail : comment en faire une opportunité pour les entreprises et les salariés ?

Pour la Journée Mondiale de la sécurité et de la santé au travail, retour sur le rôle majeur du service de santé au travail dans l’accompagnement des salariés et comment l’optimiser au regard de cette crise

28/04/2020

Santé au travail

A l’occasion de la Journée Mondiale de la sécurité et de la santé au travail 2020, il est opportun de faire un point dans ce contexte inédit que nous rencontrons tous aujourd’hui, où nous devons faire face à cette pandémie et par conséquent à l’incertitude qu’elle génère.

Au-delà d’être garant de la santé et de la sécurité des salariés, la préoccupation majeure des entreprises est naturellement d’assurer la continuité de leur activité. Pour cela, elles doivent rassurer leurs collaborateurs, se rassurer elles-mêmes et engager des actions pour répondre à ces inquiétudes. C’est une très lourde responsabilité.

Le retour à l’activité progressive a été annoncé pour le 11 mai, et pour répondre à ce véritable défi, il est nécessaire pour les entreprises d’anticiper, de prévoir, et parfois même de gérer l’imprévisible autour du retour au travail de leurs salariés.

Le service de santé au travail des entreprises joue un rôle majeur dans l’accompagnement des salariés mais également dans le soutien des directions pour permettre ce retour sur site en toute sérénité.

Pour appuyer les missions de la santé au travail, des évolutions sont à prévoir, avec de nouvelles ordonnances du gouvernement (les décrets étant toujours en attente) :

  • Le report possible des visites médicales
  • La possibilité pour le médecin de prescrire des arrêts maladies dans un certain contexte et tout comme prescrire des test Covid-19
  • Le renforcement du rôle des infirmiers de santé au travail (délégation de tâches plus importante entre médecins et infirmiers)

Beaucoup disent ou imaginent qu’il y aura un après Covid-19 certes mais que peut- on espérer de différent pour cet après ? Le travail en toute sécurité et en bonne santé est effectivement primordial mais comment cela peut-il se concrétiser ?

Ce nouveau contexte pandémique implique une nouvelle approche pour les services de santé au travail :

  • Plus individualisée ;
  • Rendre le salarié acteur de sa santé ;
  • Accompagner le salarié pour préserver son capital Santé ;
  • La Prévention devient un axe privilégié et passe devant le curatif ;
  • Partager les responsabilités entre les différents acteurs : l’entreprise, le salarié, le corps médical et paramédical, et L’Etat.

Le rapport de Charlotte Lecocq en Août 2018 (pour lequel nous sommes toujours en attente d’une suite opérationnelle), indiquait que la santé au travail était souvent vécue comme une contrainte par les salariés, les entreprises et les professions médicales. Or il est urgent de faire évoluer le regard sur ce sujet.

Le partage des responsabilités est un point essentiel et nécessaire. Elles ne peuvent être uniquement celles des entreprises et des médecins du travail. Le salarié doit également sa part de responsabilité et être acteur de sa santé.

Ce partage des responsabilités doit se centrer sur :

  • Une concertation autour de l’organisation du travail entre les équipes paramédicales, médicales en santé au travail, et la direction des entreprises ;
  • Une évolution des pratiques qui doit se tourner de plus en plus vers les nouvelles technologies ;
  • Une meilleure reconnaissance du rôle des infirmiers au travail, avec une délégation de tâches beaucoup plus répandue dans les entreprises (un vrai binôme collaboratif médecin/infirmier) ;
  • Une prise de conscience des salariés sur les conséquences possibles d’une inaptitude au travail ;
  • Une responsabilité accrue des collaborateurs envers leur santé.

 

Cette Journée Mondiale de la Santé et la Sécurité au travail et cette crise que nous rencontrons doivent être l’occasion de repréciser les rôles, missions et devoirs de chacun et chacune autour de 3 piliers fondamentaux :

  1. Le Partage des responsabilités
  2. La préservation du Capital Santé
  3. La Prévention

Sans un travail collaboratif, et un partage des responsabilités plus important, nous n’aurons que trop peu d’évolutions avec des objectifs non atteints.

Notre relation au monde de la santé va évoluer, et nous devons tous êtres acteurs de notre santé et partager les responsabilités entre les différents acteurs du marché : entreprises, services de santé au travail, salariés et mutuelles.

Notre capital santé est notre atout à tous et nous devons le préserver durablement. La prévention devra passer devant le curatif, pour « prévenir plutôt que guérir ».

Ensemble prenons soin de nous

Valérie DUNAS

Directrice Expérience Santé au Travail H4D